Quelque chose qui nous a toujours été proche, c’est d’aider ceux qui, dans certaines des communautés les plus pauvres et les plus difficiles du monde, à atteindre.

Grâce à nos merveilleux clients, nous avons pu sponsoriser 13 pompes à eau massives en Afrique lors de notre travail avec Pumpaid !

Auparavant, nous travaillions avec PumpAid, une organisation caritative britannique, pour aider à améliorer deux des besoins fondamentaux de la vie, l’eau salubre et l’assainissement, à ceux qui en ont le plus besoin.

Ce qui suit est un rapport dans une pompe à eau que nous avons parrainé à Kazebe, Mchinji:

La phase initiale du projet a impliqué l’aide à la pompe et les intervenants à identifier la communauté qui en a le plus besoin, ainsi qu’à coordonner le site le plus approprié pour la pompe à éléphants. Pour ce faire, Pump Aid travaille avec les autorités locales du district et les communautés pour cibler les villages qui n’ont actuellement que peu ou pas d’accès à l’eau potable. À Kazembe, les gens utilisaient un puits ouvert non protégé et un ruisseau à proximité pour l’eau potable, et en raison d’un manque de toilettes membres de la communauté pratiquaient la défécation à l’air libre. Dans chaque communauté, les enfants souffraient de maladies d’origine hydrique comme la diarrhée. En raison de maladies fréquentes, la fréquentation scolaire était faible et les parents avaient du mal à gagner leur vie tout en s’occupant de leurs enfants malades. De longs trajets pour recueillir de l’eau impure ont également entraîné une perte de revenus pour les parents et du temps passé à l’école pour les enfants.

Il est important de s’engager avec une variété d’intervenants différents pour les sensibiliser au travail à effectuer afin qu’ils puissent s’engager à soutenir le projet même lorsque la phase de financement est terminée. Des réunions de mobilisation ont été organisées entre le Comité exécutif de district (CED), l’Équipe de coordination de district (DCT) et le Comité d’aménagement des zones (ADC). Les autorités locales et de district jouent un rôle essentiel dans l’introduction de l’aide à la pompe et de la communauté concernée. Pour que l’activité soit couronnée de succès, il était nécessaire d’informer les partenaires collaborateurs au niveau du district. Cela a nécessité une série de séances d’information et de réunions consultatives avec divers intervenants pour s’assurer qu’ils sont au courant du projet et de ses activités.

Des réunions de sensibilisation ont eu lieu dans le village afin de promouvoir la propriété et la durabilité des installations. Lors de ces réunions d’engagement ou de mobilisation, la contribution du village lors de la mise en œuvre du projet a été convenue. D’abord, on a demandé à la collectivité de former un comité des points d’eau pour les représenter dans la prise de décision lors de la mise en œuvre du projet et de la gestion de la pompe à l’avenir. La première tâche du comité consistait à acquérir des matériaux disponibles localement (briques et sable) pour la construction de pompes.

La communauté a également été encouragée à commencer à élever MK5,000 (environ 7 euros) avant la préparation du puits pour être utilisé pour l’exploitation et l’entretien de la pompe à éléphantune sa date d’installation. Le comité des points d’eau a été encouragé à acheter des actions du Village Savings and Loan Scheme afin qu’ils puissent maximiser les profits. Les contributions communautaires contribuent à inculquer un esprit de propriété et de responsabilité envers les installations par la communauté, favorisant ainsi la durabilité.

La personne en chef de chaque comité varie, mais nous encourageons les femmes à assumer des rôles de premier plan, car les questions d’eau, d’assainissement et d’hygiène ont tendance à affecter davantage leur vie quotidienne. Toute information aux villageois (en ce qui concerne l’eau, l’assainissement et l’hygiène) passe maintenant par ce comité. Pump Aid reste en contact avec eux en effectuant des visites de suivi et par le contact téléphonique mobile pour s’assurer qu’ils sont à l’aise dans leur rôle.

Le rôle du comité des points d’eau est de maintenir le point d’eau en fournissant un soutien technique et souvent en recueillant des fonds de la communauté pour acheter des pièces de rechange au besoin.
Le comité des points d’eau est mandaté par un plan d’action qui a été élaboré au cours de la réunion initiale. Avec ce plan d’action, le groupe de travail effectue des visites de suivi sur les ménages individuels et veille à ce que chaque ménage suive les points d’action convenus. Dans les cas où le ménage ne respecte pas l’accord, les gens sont convoqués à la tête du village pour discuter de toutes les questions qui doivent être traitées. Dans le cas des personnes vulnérables et de ceux qui ne sont pas capables de construire une latrines, le groupe de travail, avec l’aide de toute la communauté, veille à ce que tous soient aidés en les aidant à construire des latrines ou en regroupant des fonds pour leur en acheter une afin qu’ils puissent arrêter la défécation à l’air libre.

En plus de mettre sur pied le Comité de la pointe de l’eau, Pump Aid a tenu d’autres réunions dans la collectivité pour convenir du site où la pompe serait le plus avantageux. Ces premières réunions communautaires ont également permis à Pump Aid de s’engager auprès de constructeurs communautaires qui ont participé au puits de descente et de revêtement de l’arbre où sera construite la pompe à éléphants.

Des travaux ont également commencé sur le changement de comportement en matière d’hygiène et d’assainissement. Pour s’assurer que les communautés atteignent une bonne santé, une approche connue sous le nom de Community Led Total Sanitation (CLTS) a été utilisée comme un moyen d’encourager les gens à améliorer leur assainissement. Le processus a fait prendre conscience au village de l’importance des latrines et ils ont formé des groupes de travail pour s’assurer que chaque ménage a des latrines. Pump Aid a travaillé avec la communauté pour voir quelles technologies d’assainissement offrent les options les plus durables et la communauté a donné suite à cela en commençant à construire ou à acheter leurs propres latrines.

Les premières séances de déclenchement qui ont été menées dans le cadre du processus CLTS impliquent des moyens très pratiques de démontrer les liens entre l’hygiène et la santé, y compris certaines séances de « choc » telles que la cartographie des fèces dans le village. Ces séances éveillent les communautés aux effets néfastes de la défécation à l’air libre sur elles, leurs enfants et leurs voisins. L’objectif est de rendre certaines pratiques inacceptables. Nous utilisons une combinaison de méthodes de facilitation et d’autonomisation communautaires pour inspirer et habiliter les communautés à mettre fin à la défécation à l’air libre et à améliorer les comportements d’hygiène et d’assainissement. Chaque séance de déclenchement au sein de la communauté se termine par la sélection de leaders de la communauté qui agiront à titre de défenseurs et dirigeront le processus de changement.